The Las Vegas Motorcycle Auction est l’un des grands rendez-vous annuels de la maison anglaise Bonhams. On y découvre toujours des merveilles, Crocker ou Vincent en tête. Mais le 26 janvier prochain au Rio Hotel et Casino, ce sera bien Ducati qui sera en valeur avec pas moins de 37 motos proposées à la vente. Nous en avons sélectionné une quinzaine, à tous les prix estimés, pour un voyage dans l’histoire du constructeur de Bologne…

 

De 560 à 750 € :Monza Scrambler Project

La moins chère de la vente est aussi une drôle de bidouille : le moteur est un Monza Junior 125, réalésé à 156 cm3 pour développer 16 ch. Cadre et habillage sont des montages amateur. Mais à voir l’état, le mono a arpenté pas mal de chemin pendants les années 70…

 

De 2 800 à 3 300 € : 900 SS

Légende de Bologne, ce modèle de 900 SS, l’un des derniers héritiers du moteur Pantah, compe parmi nos favoris. Produite au cœur des années 90, cette SS ne résistera pas à l’arrivée de Pierre Terblanche à la tête du design Ducati. Ce millésime de 1993 est une première main qui affiche moins de 4000 km au compteur.

 

De 5 600 à 7 500 € : Moteur 750 Sport

Le grand œuvre de l’ingénieur Fabio Taglioni (le premier twin ouvert à 90°, à couple conique et distribution desmodromique), sorti en 1971, est ici magnifié par Jeff Nash, célèbre spécialiste Ducati de Dallas, qui a soigneusement coupé les carters pour mieux mettre en valeur les pièces internes.

 

De 9 400 à 11 000 € : 200 Elite

A une époque où les chaudronniers italiens étaient des artistes, le réservoir aux nombreux galbes de la Elite est restée comme l’une des plus belles pièces qui soit. Son moteur de 200 cm3 est la plus grosse extrapolation du mono 100 Gran Sport, première mécanique à arbre à cames en tête signée Taglioni à Bologne.

 

De 15 000 à 19 000 € : Harris 900 Sports Imola

Gloire de l’Italie, la 900 SS eut aussi ses adeptes en Angleterre, comme les frères Harris qui en ont fait un pur café-racer. Développé au milieu des 80’s, ce cadre périmétrique réalisé en Reynolds 531 s’adaptait à tous les couples coniques. Outre le double optique so british, on note de gros Dell’Orto de 40 mm ou des jantes Marvic en magnésium.

 

De 17 000 à 23 000 € : Cucciolo racer

Première Ducati construite à partir de 1946, le Cucciolo était propulsé par un moteur auxiliaire de 48 cm3 développé par Siata à Turin. Trois ans plus tard, l’usine de Borgo-Panigale prenait en charge la production complète du Cucciolo, avec un moteur porté à 60 cm3. Et quand on est Romagnol, on s’engage rapidement en compétition.

 

De 19 000 à 23 000 € : MH900E

Le chant du cygne : dernier grand projet de Pierre Terblanche à Borgo-Panigale, la MHE était un hommage à la célèbre 900 Mike Hailwood Replica. Elle avait défrayé la chronique en 2000 puisqu’elle fut la première moto vendue exclusivement sur internet. Si elle devait être limitée à 1000 exemplaires, le double fut finalement construit.

 

De 21 à 26 000 € : 450 Desmo

Emblématique du café-racer à l’italienne, ce mono 450 Desmo fut produit en 1971.Il fut surnommé Silver Shotgun en raison de sa peinture argent pailleté iconique. Compteur Veglia, jantes Borrani, fourche Marzocchi et frein Grimeca : on y retrouve le meilleur de l’industrie transalpine.

 

De 28 à 32 000 € : 851 Tricolore

Elle a commencé une légende, celle de l’invincibilité de Ducati en Superbike. Première machine équipée du moteur Desmoquattro, le bicylindre à distribution desmodromique mais refroidissement liquide, injection électronique et culasses 4 soupapes, cette 851 de 1988 est l’une des 207 kit bikes produites par l’usine pour le nouveau championnat SBK.

 

De 38 000 à 47 000 € : Desmosedici RR

Le fantasme de tout motard passionné : une MotoGP pour la route ! En 2006, Ducati dévoile la Desmosedici RR, réplique homologuée de la machine que pilote alors Loris Capirossi. Son V4 de 990 cm3 est donné pour 200 ch et prend plus de 300 en pointe. 60 000 € était son prix à la commande, et 1500 exemplaires ont été construits.

 

De 41 000 à 45 000 € : 125 Trialbero

Trialbero pour trois arbres : ce mono 125 de 1958 est le premier à adopter la distribution desmodromique chère à Fabio Taglioni. Ce moteur fut emmené par des pilotes aussi célèbres que Luigi Taveri, Sammy Miller ou Mike Hailwood. Si le carénage est superbe, la machine est en revanche une reconstruction avec des bouts épars.

 

De 61 000 à 80 000 € : 750 SS

Vous me reconnaissez ? J’ai habituellement le cadre vert, et l’habillage gris métal. Mon réservoir en fibre est normalement relevé d’une bande translucide pour mieux rappeler la machine qui écrit ma légende à Imola en 1972, entre les mains expertes de Paul Smart. oui, je suis une 750 SS carters ronds de 1974. Mais on m’a repeinte en rouge…

 

De 94 000 à 120 000 € : 125 GP Bialbero

Arrivé de Mondial en 1954, Fabio Taglioni a plein d’idées en tête pour développer les petites cylindrées de course de son nouvel employeur. Juste avant qu’il n’impose le desmo, l’ingénieur lance sur les pistes en 1956 cette 125 GP destinée aux pilotes privés dont la splendide culasse double arbre permet de développer 17 ch à 12 000 tr/mn.

 

De 94 000 à 130 000 € : 750 usine

Mulet du Bol d’Or 1973, ex-racer du TT de l’ile de Man, cette 750 SS de 1973 est une vraie machine d’usine, construite dans la lignée de la victoire aux 200 Miles d’Imola. Son moteur à course courte fut construit à trois exemplaires seulement. Cette machine fut notamment pilotée par Percy Tait.

 

De 120 000 à 140 000 € : 750 TT1

Notre favorite, bien sûr : cette TT1 fut construite par l’usine en 1984 pour disputer les courses d’endurance. Elle est montée avec un cadre de TT2 mais un “gros” moteur de 748 cm3 extrapolé du 500 Pantah, donné pour 80 ch. Bras oscillant en alu, fourche Marzocchi en magnésium et freinage Brembo sont du matériel d’usine.

www.bonhams.com/auctions/23804/

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE