Dans les concessions aussi, on rêve de prépas d’enfer. Et notamment chez Triumph Saint-Lô : entre deux ventes, David le responsable commercial lance régulièrement des préparations parfois osées. Comme ce Scrambler sur base de Bonneville T100, un projet qui se contentait de tourner dans un coin de sa tête… jusqu’à ce que le bon client lui fasse signe. Ainsi arriva Emmanuel : admirant une prépa exposée dans le hall de la concession, il émit le souhait de s’en faire faire une, juste pour lui. Son cahier des charges était on ne peut plus léger : un simple numéro 13 sur la moto ! Comme, en plus, il voulait une moto à exposer et non à rouler, le projet pouvait donc être très exclusif : ce sera une sorte de moto d’enduro.

bonnie-dirt-triumph137d82f

David lance donc les mécaniciens de la concession sur le lourd chantier. La base est une Triumph T100 injection neuve. Pour commencer, il faut adapter un bras oscillant de Kawa Versys 650 qui trainait dans un coin de l’atelier : il est monté à l’envers et se voit greffer un amortisseur central YSS. La fourche vient aussi d’une Versys 650. Evidemment, il faut refaire des tés et l’axe central de direction. Les deux roues sont des Kinéo, avec le pneu arrière en 180 et l’avant en 130, tous les deux à tres grosses tétines. Un réservoir de Virago 535 est modifié pour s’adapter au cadre et recevoir un bouchon quart de tour. Puisque l’injection impose une pompe à essence, elle sera externe au réservoir, cachée sous la selle. C’est une pompe automobile équipée d’un régulateur de pression.

bonnie-dirt-triumph137d82c

La boucle arrière est découpée et ressoudée plus fine pour s’adapter à un cul de selle de type dirt. On remarque qu’il n’y a ni phare, ni tableau de bord ni aucun clignotants. Puisque le client n’a pas l’intention de se promener avec, c’est inutile. Pourtant il faut que la machine soit utilisable. Au moins en tout-terrain, on ne sait jamais… Le circuit imprimé et toute l’électronique qui font marcher le moteur sont donc planqués sous le réservoir.

bonnie-dirt-triumph137d831bonnie-dirt-triumph137d833

Les collecteurs d’échappements sont entièrement faits main par Bob de Polux, et aboutissent sur deux silencieux Zard placés haut, de part et d’autre de la selle. Une paire de repose-pied de Tiger est installée. Une paire de filtres à air K&N remplace la boite à air, mais ils sont tout de même équipés de l’indispensable sonde Lambda.

bonnie-dirt-triumph137d82d

Toutes les petites pièces qui le peuvent sont peintes en noir : guidon, tés, bras oscillant, sabot moteur, etc. Les plaques latérales qui protègent les filtres à air sont maison. La peinture est confiée à AXO Design. David leur a demandé de travailler les métal flakes à la façon des auto-tamponneuses de notre enfance.

bonnie-dirt-triumph137d82e

Patrick, c’est lui qui a mis les mains dedans, a passé la bagatelle de 80 heures sur cette préparation pour un prix total de 23 000 €. Ça fait un sacré engin pour aller aux champignons. Car oui, en effet, nous l’avons essayée dans les champs et elle fonctionne très bien !

www.triumph-st-lo.fr

Texte et photos Albin Carrière.

bonnie-dirt-triumph137d83b