Il a bravé la neige, les fermetures d’autoroute, les difficultés de Presstalis. Il est arrivé ce jour en kiosques : voici le Cafe Racer 92, plus riche que jamais, et pour le moins un peu iconoclaste !

Edito : Place aux amazones

N’y voyez pas un contrecoup des campagnes #balancetonporc et #metoo, nos modèles ont toujours été respectueusement traitées. N’imaginez pas non plus que la rédaction se prenne pour des seigneurs de la Formule 1, qui ont décidé de se passer de grid-girls : la réflexion est bien antérieure, de plusieurs années. Mais voilà : emblème de Cafe Racer depuis sa création, la “Fille” de couverture est morte de sa belle mort, décalée dans un monde motocycliste qui a changé. Ne soyons pas tristes, une nouvelle vie l’attend…

Il y a quinze ans, la moto de caractère était encore un monde essentiellement masculin, qui ne partageait ni ses routes ni ses servantes et encore moins ses bécanes. Depuis, elle s’est ouverte, et ce n’est pas la prolifération des barbes et des tatouages, supposés virils, qui modifieront le constat : les filles se sont emparées enfin de la bécane. Elles roulent, elles mécaniquent ; elles l’animent et la magnifient. Cafe Racer a toujours souhaité accompagner le mouvement et depuis quatre ans, nous collaborons avec le blog Kiss’n Vroom de Clara et Camille pour ouvrir l’anneau de Montlhéry aux nouvelles amazones à l’occasion du Cafe Racer Festival. 2018 marquera d’ailleurs une nouvelle étape dans ce partenariat.

Mais il fallait aller plus loin, encore, et, symboliquement, tuer la fille de couverture, simple spectatrice, pour ouvrir un espace mérité aux vraies actrices de la moto. C’est l’objectif de notre nouvelle rubrique Amazone, qui dressera le portrait de toutes ces femmes qui consacrent leur vie, ou au moins une partie de leur vie, à leur passion de la moto. Elles rouleront, mais pas seulement. Elles seront artistes, pilotes, mécaniciennes, mais pas seulement. La liste est grande, ouverte surtout.

Et nous gardons toujours notre petite égérie du Cafe Racer Festival, qui accompagnera désormais, bannière au poing, tous nos articles consacrés au meilleur des événements moto. Bertrand Bussillet

Kikishop Customs X Michelin : En piste pour des records ? Kikishop Customs signe sa troisième couverture avec ce Harley Street Bob commandité par Michelin. Trappu et agressif, ce café-racer porte la signature hardcore du préparateur lyonnais.

Rickman Bros : Ne jamais dire non, telle était la devise des frères Derek et Don Rickman. Cette devise qui les a amenés à modifier leurs premières motos de cross en 1959 pour devenir, vingt ans plus tard, le plus gros constructeur anglais en activité. Nous les avons rencontrés à New Milton, chef-lieu de cette saga hors du commun.

Mattias Castro et sa Honda Super Cub : Un homme et sa moto, ils peuvent être jeunes et petits. Jeune, Mattias Castro, chef-cuisinier d’origine colombienne ; petite, la Honda Super Cub pure custom. Mais leur histoire est forte.

Hockenheim Museum : L’autodrome de Montlhéry fut avant-guerre la Mecque des chasseurs de records. Les machines les plus extraordinaires de leur époque s’y affrontèrent dans une guerre sans merci contre le temps. En juin prochain, le Cafe Racer Festival leur rendra hommage dans une exposition hors du commun. Avec notamment les joyaux du musée d’Hockenheim ici présentés.

Road-trip en Vendée : Le road-trip, en dehors de nous faire bouffer de la borne, de faire les paons sur de chouettes pétoires toutes neuves et de tester l’étanchéité de nos vêtements, est surtout un moyen de rencontrer de vraies personnalités, de passer un moment toujours trop bref avec des Femmes et des Hommes de caractère…

KaffeeMaschine 22 : Voici le café-racer Guzzi le plus puissant et le plus léger jamais construit par Axel Budde. Et le plus beau, a-t-on envie de rajouter. Le préparateur de Hambourg n’est pourtant pas d’accord…

Dr Joe Motor’s K100 : Faire d’une K100, une beauté mécanique façon dragster : ce postulat de départ n’était pas évident. Mais Joël Alba s’en est superbement tiré.