Le vert Kawa clinquant, le dosseret de selle que les bozozokus ne renieraient pas, la double optique et le son rageur d’un quatre cylindres ! Aucun doute possible, c’est une Godier-Genoud. Après Georges Martin, le Cafe Racer Festival célèbre l’histoire GG ! 

C’est en 1967 que les deux passionnés Georges Godier et Alain Genoud se rencontrent. Pendant quelques années, ils courent chacun de leur côté. L’un sur Norton et l’autre sur Honda. En 1972 ils s’associent pour courir en endurance. Georges s’occupe de la mécanique et Alain de l’organisation. Ils achètent une 750 Honda et un cadre Egli. La première course a lieu à Montlhéry (l’histoire sera sans doute évoquée pendant le festival puisque cette année un hommage est rendu à Fritz Egli https://www.cafe-racer.fr/festival-hommage-a-fritz-egli/). La moto marche bien. 5ème aux 24h de Barcelone, 1er à Zolder en Belgique, 3ème à Mettet en Belgique toujours. C’est au Bol d’Or qu’ils clôturent la saison en terminant deuxièmes. À l’issue de cette première saison ils sont sacrés champions d’Europe. Un moteur cassé à Spa et un abandon au Bol d’Or rendent la saison 73 moins brillante. En 74 Kawasaki leur fourni deux motos et ils emmènent leur team vers un deuxième titre de champion d’Europe.

En 1975, avec l’aide de Pierre Doncque, professeur à l’IUT d’Amiens, ils construisent la fameuse Endurance 75 qui introduit le cadre périmétrique et la suspension arrière mono-amortisseur. C’est avec cette moto qu’ils remportent leur troisième titre. Ils décident alors , en pleine gloire de quittent la compétition pour se consacrer à leur affaire. À deux pas de Genève, la concession de Viry marche de mieux en mieux. Forts de leurs succès en compétition ils construiront et vendront plus de deux cent 1135 avec carte grise GG. À l’époque c’est la possibilité de posséder une machine pratiquement identique à celle de course.

À propos de l’endurance, Georges Godier disait que pour réussir, il ne fallait jamais s’arrêter ! Comme pour rendre hommage à son ami disparu accidentellement en 1993, Alain Genoud continue son travail de préparation et de restauration. Il sera bien sûr au Festival entouré de machines emblématiques.

Toma. Photos JFM et Bike70.