Nous l’attendions avec une grande impatience, nous voici enfin aux commandes de la toute fraîche Moto Guzzi V9. Déclinées en Roamer et Bobber, ces V9 viennent remplacer la très désuète Nevada, mais aussi (et c’est bien moins chouette) la Bellagio. Elles étrennent la dernière évolution du petit bloc de Mandello del Lario, sorti en 1976 avec la V35. Une très grosse évolution, faut-il dire : pour passer à 850cm³, Moto Guzzi a dû tout reprendre à zéro. En effet, le 750 ne pouvait plus voir son alésage augmenter sans une vraie refonte. Ainsi le V9 est un nouveau moteur, du vilo à la boite de vitesses, toujours séparée. L’alésage passe à 84 mm et la course à 77 mm (contre 80 x 74 sur la V7, ce qui prouve qu’il a bien fallu faire un nouveau vilo. Autre preuve de profonde refonte du moteur, les soupapes ne sont plus parallèles mais inclinées : les culasses de type Heron (plates) laissent la place à de nouvelles culasses hémisphériques, au rendement théorique bien supérieur.

V9bobber

La Moto Guzzi V9 Bobber est disponible en deux coloris, chacun à finition totalement opaque : noir avec graphismes jaunes et gris avec graphismes rouges.

V9roamer

 

La Moto Guzzi V9 Roamer est disponible en trois coloris distincts, tous à finition brillante : jaune avec liserés noirs ; blanc avec liserés rouges et rouge avec liserés blancs

Mais roulons donc un peu pour voir ce que ça donne sur la route. Si nous avons pu essayer les deux modèles, j’ai en fait jeté mon dévolu sur la Roamer. Le Bobber a pourtant de beaux avantages comme la position du guidon très naturelle et sa plus faible hauteur de selle grâce à la jante avant plus petite (16 pouces). En revanche, la selle est un peu plus ferme et je ne goute guère le gros pneu ballon (130) qui, à mon goût, dégrade trop la maniabilité de la moto, notamment sur les petites routes à lacets que nous avons empruntées le long du lac de Côme. Que les tifosi du caractère trempé des moteurs Guzzi ne s’inquiètent pas, il est toujours très présent. Le couple de renversement et la grosse inertie du moteur en sont toujours le cachet. C’est aussi ce qui en fait un engin tellement souple. Il reprend à très, très bas régime sans cogner, et ce quel que soit le rapport engagé. C’est très agréable sur un custom. Car il s’agit bien d’un custom qui pourrait facilement concurrencer un Sportster de chez H-D. L’ergonomie n’est pas pour autant trop typée : la position demeure proche d’un roadster et donc plutôt agréable. Le couple est omniprésent quel que soit le régime ce qui rend le moteur très facile à utiliser. Il tracte tout le temps. Bien sûr, on ne parle pas d’une grosse puissance : 55c h à 6 250tr/mn, et 62 Nm de couple à 3000 tr/mn. Mais le couple maxi est donc accessible très bas. Le freinage, s’il n’est pas bluffant, est très suffisant et agréable. Surtout sur une moto qui incite à enrouler sans trop toucher aux commandes quelles qu’elles soient. S’il n’est pas très vif, le châssis est plutôt rigoureux. La liaison moteur/cadre aurait été renforcée. La boite à vitesse est une bonne surprise : elle est très douce et précise. J’ai hâte d’en emprunter une pour un essai plus long, histoire d’apprécier cette moto dans des conditions qui lui iront mieux, c’est-à-dire des routes un peu moins exiguës et plus rapides.

V9-1

 

Au final cette V9 est une très bonne surprise. Si elle garde toute la simplicité des petits blocs Guzzi, elle apporte vraiment un mieux par rapport aux V7. Le dessin est plutôt réussi, tout en sobriété et élégance. A 9 990 €, la Roamer est certes plus chère qu’une V7, mais l’écart est justifié car elle est largement un cran au-dessus. La Bobber sera vendue 10 390 €. Cette moto est une très sérieuse concurrente aux H-D Sportster et Triumph Street Twin. Si vous aimez l’authenticité et l’Italie, vous craquerez probablement.

Texte Albin Carrière. Photos Moto Guzzi.

V9-3

V7 Roamer

Moteur : bicylindre en V, 2 soupapes par cylindre – injection électronique- 55 chevaux à 6 250 tr/mn – 62 Nm à 3 000 tr/mn – Boite 6 rapports

Partie-cycle : cadre tubulaire à double berceau démontable – pneu avant 100/90 R19 – pneu arrière 150/80 R16 – fourche tradi 40mm – double amortisseur réglable en précontrainte – frein avant simple disque flottant acier inox 320 mm et étrier Brembo à 4 pistons opposés – frein arrière disque 260 mm étrier flottant 2 pistons-ABS

Dimensions : hauteur de selle 785 mm – longueur 2240mm-reservoir d’essence 15 litres – poids en ordre de marche 199 kg

Prix : 9 990€

www.motoguzzi.fr