Aventure : SR650, sur la route de la soie

0
97

Prendre une année sabbatique pour filer à l’autre bout du monde en moto avec quelques copains ? Nicolas, Arthur, Baptiste et Louis sont en passe de réaliser ce rêve au guidon de leurs trails monocylindrs des années 90 ! SR 650 Silk Road – Moto Tour, c’est l’histoire de quatre amis d’enfance, passionnés de moto, d’automobile et de mécanique, qui ont rêvé à la fin de leurs études, de voyager ensemble à moto jusqu’en Asie. Nos quatre partenaires du jour nous expliquent comment ils ont monté leur beau projet. Explications.

Baptiste et Louis, 25 et 23 ans respectifs, ont été diplômés fin septembre en Ingénierie Forge et Fonderie. Ils prennent une année sabbatique pour vivre cette expérience. Ils nous expliquent : « Dans une volonté de développement personnel autour d’un projet de groupe, on a eu l’idée depuis environ cinq ans de partir voyager ensemble à la fin de nos études. Au fil du temps, Nicolas et Arthur nous ont rejoints dans l’aventure et le choix de la destination s’est précisé en même temps que le moyen de transport. Personne d’entre nous n’était encore allé en Asie et cela nous attirait de s’y rendre à moto. Après quelques recherches sur le sujet, la Route de la Soie est devenue un choix de départ évident. »

Nicolas est ingénieur chez Alstom depuis deux ans après des études à Polytech Lille. Ce compositeur de 25 ans et passionné de musique prend un congé sans solde de 8 mois pour se lancer dans l’aventure. Il nous explique ses motivations : « On est quatre potes motards qui veulent tester leurs limites à travers une rude expédition ! On veut vivre une immersion profonde, parmi différentes cultures jusqu’alors indirectement perçues. »

Nicolas
Louis
Baptiste
Arthur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur, le designer gaphiste de la bande, nous précise ce propos : « Par nos formations, nous sommes tous attirés par la conception et l’ingénierie. Au delà du fait de partir très loin en moto, ce voyage nous permettra aussi un retour aux sources par la découverte des origines de la manufacture et de la transformation de la matière. Nous voulons découvrir par le biais de petits ateliers et usines locales, des savoir-faire et un artisanat méconnus. » Free-lance de 25 ans, il arrête ainsi son activité durant les mois du périple et mettra sa sensibilité artistique au profit du voyage en immortalisant leurs découvertes en photos et vidéos.

Si la cause paraît intéressante, la Team SR 650 a cependant dû longuement se préparer pour affronter une telle épopée. Passer le permis moto a été la première chose à faire ! Car oui vous avez bien lu, nos quatre compères partent ainsi à l’autre bout du monde, pour leur premier voyage à moto… Avouez qu’ils ont de l’ambition! C’est aussi ce grand défi qui a orienté leur choix de machines. Permis internationaux en poche, chacun a choisi en fonction de ses goûts, de son budget et de ses compétences en mécanique, un trail de moyenne cylindrée propice à ce genre d’aventure. Toutes les motos devaient évidemment être éligibles au permis A2 avec un peu moins de 48ch, rester dans un budget de moins 2 000 € à l’achat et être robustes et simples d’entretien. C’est ainsi que Baptiste s’est dégoté une Kawasaki KLR 650 Tengaï de 1989. Nicolas et Louis ont opté pour des Honda Dominator 650 de 1990 et 1989 à kick. Et Arthur a choisi une BMW F 650 Funduro de 1998 avec son mono Rotax très bien conçu. Toutes étaient roulantes sauf le Dominator de Louis, qui avait un problème moteur.

Les quatres amis se sont alors retrouvés fin janvier dernier à Nantes pour bosser sur les machines. Toutes les réparations et modifications des Dominator et du KLR ont été réalisées chez les parents de Louis. Avec l’aide de son père Alain, motard lui aussi et mécanicien amateur, l’équipe s’est attelée sur chaque machine pour les améliorer légèrement. Après une très grosse révision des mécaniques et parties-cycles, Nicolas a par exemple adapté un réservoir de grande capacité sur son Dominator pour les longues étapes. Baptiste a réparé ses carénages plastiques sur le Tengaï, mis des chambres à air renforcées et une bulle haute. Arthur a fait monter chez Tony Motorad à Parthenay, des ressorts de fourche Hyperpro. Et pour finir Louis, en a été bon pour une totale réfection du mono Honda avec entre autre, changements du vilebrequin, de la bielle, de la segmentation ou de la chaine de distribution. Nos quatre copains se sont ensuite lancés dans la fabrication de crash bars et de racks faits maison pour leur bagagerie. En effet, en plus de leurs affaires et d’un outillage de premier secours, tout un nécessaire de camping devra être porté par les machines pour voyager le plus possible en autonomie. Plusieurs semaines leurs ont ainsi été nécessaires pour préparer les motos à ce long voyage.

En parallèle de ces préparatifs mécaniques, l’équipe dut s‘atteler au parcours le long de la fameuse Route de la Soie. La team SR 650 prévoit ainsi de voyager près de 20 000 km, durant au moins 6 mois à travers plusieurs continents. Dix-sept pays devraient jalonner leur périple, avec quatre mers et trois déserts à franchir… Un beau programme en perspective ! Dans les grandes lignes, après un départ de Nantes, l’équipe traversera dans un premier temps le nord de l’Italie, avant de filer au sud à travers les Balkans le long de la Mer Adriatique. Le nord de la Grèce sera au programme, avant la traversée de la Turquie en direction de la Géorgie et de l’Azerbaïdjan. Ce sera ensuite le franchissement de la plus grande mer fermée au monde, la mer Caspienne avant la traversée des anciennes Républiques Soviétiques d’Asie Centrale. Les mythiques caravansérails tels Samarcande en Ouzbékistan ou Och seront au programme. Pour d’évidentes problématiques géopolitiques, l’Afghanistan sera par exemple difficilement accessible et notre groupe préfèrera alors remonter au nord, à travers les montagnes du Kirghizistan vers le Kazakhastan et bientôt la Mongolie. Ceci leur permettra en outre, de contourner la Chine qui est assez compliquée à traverser avec sa propre moto. Les steppes Mongoles devraient ensuite les mener en Extrême-Orient Russe, avant de retomber en Corée du Sud et enfin au Japon. Leur Route de la Soie sera ainsi riche de diverses rencontres. Les quatre copains ont pour leur arrivée au Japon, le contact d’un ingénieur Honda, qui serait prêt à les accueillir à l’usine. Pour le reste, la découverte tout au long du parcours de l’artisanat local, devrait se faire au fil du temps. L’équipe nous fera ainsi un point détaillé sur le sujet chaque mois, pour que vous puissiez suivre sur notre site cafe-racer.fr leur épopée au fur et à mesure.

Reste autour de cette aventure SR 650 Silk Road – Moto Tour, à faire un point autour du financement de cette expédition. Si beaucoup aimeraient aussi se lancer dans un tel périple, quel est véritablement le budget nécessaire pour ce voyage ?  « Nous avons évidemment chacun mis de l’argent de côté depuis plusieurs années, explique Nicolas. Mais au delà de ça, nous avons en tête de prouver que l’on peut voyager à l’autre bout du monde avec des budgets raisonnables. En préparant bien les choses, nous nous accordons ainsi une enveloppe générale de l’ordre de 10 000 €, moto incluse, pour faire notre périple. La moitié du budget est prévue pour toutes les dépenses durant le voyage et nous n’en sommes qu’à 4 000 € chacun depuis le début des préparatifs. »

Il faut dire que les motos ont été peu onéreuses à l’achat, la préparation et la réfection des machines furent majoritairement réalisées par les membre de l’équipe et plusieurs sponsors les suivent. Schuberth leur fournit des casques modulables avec intercom intégrés Sena. Giant Loop s’est chargé des sets complets de bagagerie souple avec les valises latérales, le boudin horizontal et les sacoches de réservoir. Au niveau des motos, P2R s’est occupé de leur trouver des pneus, des chambres à air et d’autres accessoires tels les ports USB. Et pour relayer leur épopée sur les réseaux, Midland leur a fourni des batteries portables, des caméras action et Dashcam. Pour finir, plusieurs enseignes leurs ont accordés des remises exceptionnelles pour acquérir leur équipement. Le team remercie ainsi Hagon et Seurat 3 pour les pièces de mécanique, IXS et Dafy pour l’équipement des pilotes avec les vestes, pantalons et bottes et Decathlon pour tout le nécessaire de camping et les vêtements techniques. Après avoir reçu les visas en avance pour la Russie, préparé les diverses assurances rapatriement et fait les vaccins nécessaires, l’équipe est dorénavant fin prête pour le grand départ.

Evidemment, la pandémie de Covid-19 en a pour le moment décidé autrement… En retard déjà de près de deux semaines sur leur programme initial, les comparses attendent aujourd’hui des jours meilleurs pour se lancer dans l’aventure. Quoi de mieux me diriez-vous comme projet en tête, que partir au bout du monde en moto dès la fin de ce confinement ! Affaire à suivre sur cafe-racer.fr et nos réseaux sociaux.

Texte Matthieu Brotel. Photos @simon.point.png