Le Bell Eliminator est fort d’un dessin très marqué et d’un style unique. Il est empreint de références passées aux casques de course de dragsters auto, ce que nous apprécions. De même, nous aimons les détails de la mentonnière, les aérations apparentes et les rivets creux au sommet du crâne pour ventiler l’intérieur du casque. Si en cas de pluie, cela pose question, ils apportent une forte identité à cet intégral. On remarque aussi le dessin du joint d’embase du casque, qui se prolonge et s’aplatit à l’avant comme une petite bavette. L’arrière de la calotte montre par ailleurs une forme étonnante, avec un décroché qui court sur tout son pourtour. L’écran antibuée ProVision© s’encastre dans sa partie basse sur les contours torturés de la calotte. Ces multiples décrochés participent au style très « racing » de ce casque.

L’enfilage et l’enlèvement ne posent aucun problème. Le passage du crâne est plutôt facile au niveau des mousses d’appui des joues (elles gênent parfois sur d’autres modèles) et on trouve sa place à l’intérieur. Les mousses de maintien forment de grands tampons rectangulaires que l’on ressent un peu sur le haut du crâne, les joues et au sommet de la nuque. On retrouve un maintien du crâne moins uniforme qu’on pourrait le penser et il faut bien tirer sur la jugulaire pour prendre sa bonne place dans le casque. On peut cependant le porter avec confort sur le long terme, 4 ou 5 heures sans l’enlever et ne jamais avoir de sensation d’oppression.

Portant obligatoirement des lunettes tous les jours, pouvoir facilement les mettre et les enlever casque attaché, est un critère essentiel pour moi ! Dans le cas de l’Eliminator, ces manœuvres sont aisées. Je n’ai pas à trop pencher les branches vers l’avant pour les insérer correctement dans le casque. Elles ne sont ensuite pas “compressées” par les mousses entre le casque et mon crâne. Je peux ainsi les bouger correctement, pour les repositionner le cas échéant, sans gêner le bon fonctionnement de la visière.

Au niveau de la jugulaire, on retrouve sur cet Eliminator un bouclage old school avec sa sangle de tissu que l’on passe et repasse dans deux boucles métalliques. Le bout de la sangle se bloque par un aimant. Ce système a ses avantages et inconvénients : pratique et plus rapide à mettre en place, ce bout de sangle s’aimante parfois de lui-même.

En roulant, cet Eliminator est un peu plus bruyant que les standards du genre. A vitesse soutenue sur autoroute, les remous d’air sont plus perceptibles à l’avant et à l’arrière du Bell. Ça bouge et bourdonne un peu.

L’écran libère une large surface de vision de part et d’autre du casque, facilitant particulièrement son utilisation en ville où le regard doit être très mobile. Il est maintenu au casque par deux vis de chaque côté qui, lorsqu’elles sont plus ou moins sérrées, fixent la position de l’écran. Il n’y a pas d’autres crans d’arrêt. Si cela marche au début, avec le temps et les vibrations, ces vis se desserrent un peu automatiquement et libèrent l’écran qui tombe tout seul, avec le vent en roulant… Il faudra donc les resserrer à l’usage. Le blocage de l’écran en position fermée se fait par ergot en bas à gauche du casque. N’étant présent que d’un côté, il a tendance à déformer l’écran quand on le manipule. C’est un peu compliqué d’y accéder avec les gants.

L’écran est équipé, d’origine, d’un second écran (type Pinlock) collé à l’intérieur de la visière principale, pour éviter la buée. Vue les dernières conditions pluvieuses et fraîches, il paraît efficace.

Pour finir, les ventilations sur ce modèle sont efficaces, parfois trop… Au niveau de la mentonnière, on ressent pas mal de remous d’air en roulant. Ils proviennent à la fois des quatre ouvertures frontales, mais remontent aussi par en dessous… Les œillets creux sur le dessus de la calotte font correctement leur job, rafraichissant l’intérieur du casque. En cas de pluie, vous aurez cependant certainement compris qu’ils laissent passer l’eau au bout d’un bon moment… Dès lors, il existe en option une protection plastique qui se fixe à cet endroit pour éviter le phénomène et parfaire le look déjà marqué de ce Bell Eliminator.

Essai Matthieu Brotel – Photos Jean-François Muguet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bell Eliminator

Modèle essayé : Solid Gloss White, taille L 59-60cm. 449,99 €

bihr.eu