Le Coronavirus a perturbé son lancement : la nouvelle et attendue R18 devait être officiellement présentée ce jour à Austin, Texas. Las, BMW doit se contenter d’un lever de voile virtuel pour ce modèle-phare de sa gamme Heritage. Dommage, mais ce contre-temps ne devrait pas pénaliser la commercialisation de ce cruiser, attendue pour la fin de l’été ; selon le constructeur, 80% des ventes devraient se conclure outre-Atlantique. La R18 est clairement un rock jeté dans le jardin Harley-Davidson ; elle n’en conserve pas moins des charmes tout bavarois.

Nous nous souvenons avec émotion du Concept R18 dévoilé il y a un peu moins d’un an à la Villa d’Este. La version homologuée du Big Boxer est dans sa lignée directe, avec bien sûr les ajouts imposés par les normes qui la rendent visuellement plus volumineuse. On pense notamment aux échappements plus imposants, bien qui joliment dessinés en queue de carpe, ou au radiateur d’huile qui vient briser la pureté de la proue du gros Boxer. La R18 n’en demeure pas moins une très belle moto aux clins d’œil historiques très forts.

La R5 d’avant-guerre, certainement le plus pur de tous les flat-twins, fut le modèle de référence pour les designers et les ingénieurs du projet R18. On en retrouve des signatures marquées : le cadre double berceau et sa partie arrière faussement rigide qui enserre l’axe de roue, l’arbre de transmission à nu ou encore la fourche habillée. Ces rappels ne sont toutefois pas esthétiques seulement. Le Big Boxer, le plus gros flat développé par BMW, reprend des solutions techniques déjà éprouvées avant-guerre. Ainsi, les deux abres à cames sont montés parallèlement et au-dessus du vilebrequin afin de raccourcir les tiges de culbuteurs qui actionnent les soupapes. Contrairement à la R5, celles-ci sont au nombre de huit. Le refroidissement par air est renforcé d’un circuit d’huile pensé pour contribuer à évacuer les calories, d’où le radiateur.

Le Big Boxer adopte néanmoins des solutions techniques adaptées à ses performances : bielles et vilebrequin sont en acier forgé, et ce dernier monté sur trois roulements ; les pistons sont en aluminium ; les soupapes mesurent 41,2 mm à l’admission et 35 mm à l’échappement ; deux bougies par cylindre enflamment le mélange air/essence, alimenté par une injection électronique. Ainsi développe-t-il 91 chevaux à 4 750 tr/mn avec un couple de plus de 150 Nm de 2 à 4000 tours.

 

 

 

 

Rétro ne veut pas dire dépassé, et le Big Boxer jouit de nombreuses assistances électroniques destinées à faciliter la conduite d’une moto lourde : 345 kg en ordre de marche, dont 110 pour le seul moteur ! Ainsi, trois modes de conduite sont proposés (Rain, Roll, Rock !), doublés d’un contrôle électronique de couple et de stabilité. Le démarrage se fait sans clé. En option, BMW propose le dernier cri des assistances électroniques : phare à LED qui tourne dans les virages ou encore assistance au démarrage en côte. En option toujours, la boite à 6 vitesses est dotée d’un mécanisme de marche arrière pour reculer la moto. Toute cette technologie est au service du plaisir, affirme BMW. Et la finition semble particulièrement soignée.

Dans la suite logique de la Nine-T, la R18 fut pensée dès les premiers coups de crayon pour être modifiée facilement. La boucle arrière est démontable, et toutes les pièces de carrosserie sont déposables aisément. Il en est de même des carters de distribution, et de tous les câbles pour faciliter l’adoption d’un nouveau guidon.

BMW a déjà au catalogue une liste sans fin d’accessoires. Le constructeur a développé des collaborations avec les leaders américains, Mustang pour les selles, Vance & Hines pour les échappements et Roland Sands pour les pièces usinées, avec déjà deux collections.

Jusqu’à la fin 2020 ne sera commercialisée en France que la version First Edition. Elle se distingue par sa peinture classique noire à filets blancs, ses chromes et des badges de selle et caches latéraux. Son prix débutera à 22 990 euros.

Fiche technique

Moteur : flat-twin, 4-temps, refroidissement par air et huile – Distribution : 2 arbres, transmission à culbuteurs, 8 soupapes en tête – Cylindrée : 1802 cm³ (107,1 x 100 mm) – Puissance : 91 ch à 4 750 tr/mn – Couple : 158 Nm à 3 000 tr/mn – Boite de vitesse : 6 vitesse – Cadre : Double berceau en acier – Suspension avant : fourche télescopique, Ø 49 mm, débattement 120 mm – Suspension arrière : bras oscillant et monoamortisseur, débattement arrière 90 mm – Frein avant : double disque, Ø 300 mm, étriers 4 pistons, ABS – Frein arrière : simple disque, Ø 300 mm, étrier 4 pistons – Roues : 19 pouces avant, 16 pouces arrière – Empattement : 1731 mm – Hauteur de selle : 690 mm – Poids tous pleins faits : 345 kg – Capacité du réservoir: 16 l

Prix : à partir de 22 990 €

www.bmw-motorrad.fr