Colin Seeley : la disparition d’une légende !

Cette très triste nouvelle est arrivée d’Angleterre ce matin : Colin Seeley est décédé mardi 7 janvier, cinq jours après son 84e anniversaire. Ancien pilote de side-car et préparateur légendaire, Colin souffrait depuis un an de la maladie d’Alzheimer mais son état s’était brutalement dégradé à Noël.

Né le 2 janvier 1936 à Crayford, au sud-est de Londres, Colin avait passé son permis moto à 16 ans sur la Vincent série A de son père, puis appris le pilotage à 18 ans à Brands Hatch, sur une BSA Star Twin. S’il avait commencé des études d’ingénieur, il y mit rapidement un terme pour ouvrir son atelier de préparation puis sa première concession. Côté compétition, il fit ses débuts en enduro sur Greeves avant de s’offrir en 1960 son premier side-car. Il disputa rapidement les championnats du monde. 1964 fut sa meilleure saison : troisième au classement final, il gagna le GP d’Assen et termina deuxième au TT.

Au milieu des années 60, Colin Seeley se reconvertit progressivement dans la fabrication de cadres pour motos solo, les célèbres cadres Seeley, et racheta les droits de fabrication des AJS 7R, Matchless G50 et Norton Manx au consortium AMC, où travaillait sa première femme Joanne (disparue d’un cancer en 1979). Installé à Belvedere, Colin Seeley Racing Developments ne cessa de grandir. Pendant une quinzaine d’années, Colin construisit des châssis pour toutes sortes de machines et de pilotes : John Cooper, Ron Chandler, Bill Ivy, Barry Sheene et même Mike Hailwood roulèrent sur ses cadres. Les aventures de Colin dépassèrent néanmoins la course moto : par son faux-ami Bernie Ecclestone, il fut attiré deux fois en Formule 1 ; via Honda-UK, il fit quelques pas dans l’industrie avec les Phil-Read-Replica et les TL 200 notamment. Au début des années 80, Seeley cessa toute fabrication pour devenir team-manager, en F1 puis en Superbike anglais.

Jeune retraité, Colin avait raconté au milieu des années 2000 sa fabuleuse histoire dans deux livres remarquables : Colin Seeley, Racer (288 pages) et And the Rest… (336 pages) publiés chez Red Line Books. Nous avions eu le plaisir d’accueillir ce grand gentleman de la moto anglaise au Cafe Racer Festival 2017, sa dernière grande apparition publique où il se montrat affable et disponible, comme toujours.

Toutes nos pensées vont à sa femme Eva, qui s’occupait de lui comme personne.

Photo Jean-François Muguet et Greenings Archives.