CR 106 : Sur la route des kiosques

0
3839

De Bretagne en Vendée, à travers le Dauphiné jusqu’aux plus hauts cols alpins, aux confins de l’Ardèche et des Cévennes, nous avons roulé et roulé encore pour vous livrer ce premier numéro post-confinement. Près de 4500 km ont été parcourus, guidons en mains, pour construire les pages que vous vous apprêtez à dévorer. Besoin primaire, et égoiste, de jouir à moto de cette liberté retrouvée ? Ce n’est pas ça, ou du moins pas seulement ça. Il fallait certes rattraper le temps perdu pendant cette triste pandémie, se ravitailler en belles histoires car nous goûtons peu au “frigo”, ces sujets surgelés que les rédacteurs en chef peuvent ressortir indifféremment en toute saison. Mais nous avions surtout envie de renouer le contact, entre amoureux ; de parler et de toucher cette passion qui nous anime tous. Cette ambiance de fin de quarantaine était extraordinaire, qui renouait avec des valeurs d’échange et de partage parfois écornées par une habitude installée.

Comme toute entreprise, Cafe Racer est bien sûr quelque peu ébranlé par la crise sanitaire et économique. Et c’est avec autant de tristesse que de stress que nous avons été contraints de reporter à juin 2021 la huitième édition du Cafe Racer Festival. Mais au moins il ne manquera pas un numéro à votre collection de Cafe Racer. Nous avons tant de belles histoires à vous raconter, nous rencontrons tant de talents à vous présenter qu’il était impensable de faire l’économie de ces 148 pages. Nous croyons en Cafe Racer, en notre projet ; nous ne pouvions pas imaginer jetter l’éponge comme vulgaire club de foot.

Renoncer pour un seul numéro, ça aurait été trahir tous les messages amicaux reçus pendant ces deux mois d’inactivité. Le seul moyen de remercier tous nos abonnés et lecteurs de leur fidélité, nos partenaires et annonceurs pour leur soutien, c’était de retrouver au plus vite la route des kiosques et des boites aux lettres. Voici donc notre numéro 106 : on y roule, et notamment de belles carrosseries.

Bertrand Bussillet