Disparition : Patrick Godet, un géant de la moto française

0
7272

La triste nouvelle nous a cueillis à froid, ce matin, via un email du Vincent Owners Club : Patrick Godet est décédé lundi 26 novembre. Il a choisi de ne pas affronter la terrible maladie qu’il venait de découvrir, lui qui avait patiemment accompagné sa femme des années durant dans cette impasse de douleur.

Le message est venu d’Angleterre, donc, car Patrick Godet était un homme d’une stature internationale, connu et respecté à travers le monde entier pour son amour immodéré des Vincent, pour, surtout, son engagement total dans cet amour. Depuis 1974, il roulait en Vincent, depuis 1989, il en construisait, et chacune de ses machines était considérée comme un chef d’œuvre. Que ce soit ses Egli-Vincent de route, motos neuves déjà soumises à la spéculation des collectionneurs, ou ses Godet de course, capables de viser le podium au Classic TT de l’ile de Man, Patrick ne construisait que de l’exceptionnel. Mieux, il était le plus vieux constructeur français en activité, démontrant, avec le soutien  de Florent Pagny, qu’il était possible de créer, développer et assembler chez nous les plus belles machines du monde, montrant la voie aux Brough Superior ou Midual.

Bien sûr, Godet Motorcycles était un combat permanent, un sacerdoce qui monopolisait Patrick jour et nuit. Mais avec François Guérin, son chef d’atelier, Julien Carton ou encore Bruno Leroy, il avait construit une équipe capable de maintenir la qualité Godet dans les années futures, d’entretenir la légende de Malaunay. C’est aussi dans cette confiance en l’avenir de Godet Motorcycles qu’il a choisi de partir.

Godspeed, Patrick.