Droog Moto est un préparateur américain basé à Washington et spécialisé dans la conception de machines au design moderne et industriel. Si toutes ses motos sont repensées dans un style dépouillé et agressif, la 17ème du nom sort du lot car 100% électrique. Il va sans dire que ce scrambler E-Fighter V2 suscite les émois des puristes et nostalgiques du sans plomb… Présentations !

Droog Moto et sa lignée de Street Fighters

Depuis en 2016, Max et Erica Droog, un couple de passionnés de moto et de mécanique, ont signé une grosse quinzaine de préparations au design détonnant et agressif. Avec les années, ils se sont construits une identité assez marquée en proposant des scramblers aux lignes saillantes et brutales. Toutes n’ont pas de garde-boues, des selles plates, des lignes rectilignes, de gros pneus à crampons et une finition brute. Décidément, ce monde du custom est riche de bijoux et diamants bruts !

Si Droog s’est fait une place dans le monde des préparateurs, ses deux derniers projets sont électriques et ouvrent une lignée baptisée E-Fighter. La dernière du nom a été pensée et conçue comme une œuvre d’art par ses deux fondateurs, “une moto pas comme les autres” telle qu’ils la décrivent. L’E-Fighter V2 DM 017 a été est déclinée de la Zero DS de Zero Motorcycles, le fabricant californien de motos électriques qui a déjà conquis le marché depuis plus de quatorze ans. 

L’E-Fighter Droog – Un style agressif pour affronter les rues

Fidèle aux codes Droog, l’E-Fighter reprend la silhouette caractéristique des autres Fighters du nom. La Zero est ici réduite à sa forme la plus primaire et trouve un caractère offroad minimaliste. La boucle arrière a été tronquée pour supporter une selle typée scrambler et un discret bandeau led. A l’image des précédentes réalisations de sa lignée, l’E-Fighter ne s’encombre pas d’un garde-boue arrière.

A l’avant, le « réservoir » a été remplacé par un assemblage brut et rectiligne accueillant le compteur digital connecté d’origine. La relocalisation des instruments de bord a ainsi permis de de retravailler le phare avant dans le style Droog : plat, brut, et radical ! La plaque frontale accueille deux bandeaux led dissimulés derrière deux fentes en coup de griffe.

Côté partie cycle, Droog ont pris le parti de conserver les suspensions et étriers d’origine. Si le maître cylindre avant a été remplacé par un Brembo, le gros du travail est sur les roues. Cette E-Fighter perpétue en effet l’héritage des roues pleines et est chaussée de deux gros Bridgestone AX41 à crampons.

Pour parler performances et fonctionnalités, une Zero reste une Zero ! L’E-Fighter reprend en effet les caractériques de la Zero DS et promet une puissance 46 ch pour 146 Nm (!). Elle a beau ne pas prétendre dépasser les 160km/h, le couple du moteur brush less a néanmoins de quoi vous arracher les bras ! Ça laisse imaginer que vous n’atteindrez pas les 260 km d’autonomie promis en zone urbaine par Zero au guidon de ce jouet…

En bref

Proposée à près de 34k€ (soit 2 fois le prix de la base), l’E-Fighter V2 ne contentera qu’une rare espèce de pilotes nerveux mais soucieux de leurs émissions de CO2. Et oui, je les comprends les détracteurs ! Le custom électrique perd l’émotion de la mise en route, la signature propre à chaque ligne d’échappement ou la vibration propre à chaque architecture moteur. Droog font partie des quelques artisans qui s’attellent à le rendre cool, alors on se doit de leur rendre hommage !

La preuve en images :

Droog Moto – Instagram / Facebook / Site Web

Et pour recevoir Cafe Racer Magazine dans votre boite aux lettres, c’est par ici !