Essai de la veste Jackster de Bolidster

0
696
Bolidster-jackster-veste-moto-cafe-racer

Depuis son lancement en 2016, Bolidster s’est développé autour d’une gamme de jeans “indéchirables” adaptés à la pratique de la moto. A l’heure où beaucoup d’accessoiristes proposaient des pantalons soit mal taillés soit visuellement techniques (avec des assemblages de matières ou des poches dans tous les sens), la marque a fait le pari de proposer des vêtements au style denim et urbain à partir d’une fibre brevetée à la robustesse inégalée : l’Armalith®. La gamme propose désormais une large gamme de pantalons et une veste trucker, la Jackster. Nous l’avons essayée pour vous.

L’Armalith Bolidster – la protection d’une veste en cuir avec la liberté du jean

Le tissu à l’origine du projet est un assemblage intégrant une fibre UHMWPE, initialement réservée aux applications spatiales, militaires ou offshores. L’aspect brut du jean Bolidster renferme en son coeur une armature qui lui offre une résistance bien supérieure à un jean classique.

Les différentes associations de cette fibre au Lycra® et au coton permettent ainsi différentes déclinaison de tissus. L’Armalith XLight, le plus fin et souple de la gamme, est employé pour la conception des jeans destinés à l’usage urbain. A l’opposé, l’Armalith Power AA offrira moins de souplesse mais le meilleur niveau de résistance à l’abrasion proposé.

Bien qu’elle soit aussi légère qu’une veste en jean classique, la veste Jack’ster de Bolid’ster est assemblée à partir du tissu le plus épais de la gamme. Là où le Kevlar® et le Cordura obtiennent un grade de 3 au test de résistance à l’abrasion de la norme EN388, ce Power Armalith obtient 4. Comprenez par là qu’il vous servira de seconde peau sur une glissade de jusqu’à 32m (pour autant que vous l’ayez entièrement fermée).

Jackster, la veste trucker de Bolidster

A l’essai de la veste, il devient difficile de s’imaginer porter un vêtement offrant un niveau protection comparable au cuir. A défaut de contenter ce placebo de sécurité, la Jackster est aussi légère que votre bon vieux trucker Levi’s mais vous rendra probablement bien plus de services en cas d’accident. Des encoches vous permettent par ailleurs d’y installer une dorsale (en option à 58€). Dommage qu’elle ne soit pas proposée de série quand on connaît les dommages causés par un impact sur la colonne vertébrale.

Bolidster-jackster-veste-moto-cafe-racer

Côté style, la Jackster respecte la genèse du genre avec une coupe droite qui traversera les âges. Elle dispose des deux poches boutonnées caractéristiques au niveau de la poitrine ainsi que deux poches latérales et intérieures. Difficile d’en demander plus pour veste aussi légère à porter ! Sa teinte indigo fait par ailleurs ressortir le orange des piqûres et tissus intérieurs, devenu leur marque de fabrique.

La veste Jackster à l’essai

Non, mon implication journalistique ne m’a pas poussé à bloquer les freins sur autoroute pour valider les facultés protectrices au coeur du discours de la marque. Pour avoir assisté une glissade volontaire à 85km/h d’un cascadeur sur le tarmac du Salon du 2 Roues de Lyon, rassurez-vous du fait que la pizza ne devrait pas être le premier de vos soucis dans ce type de mésaventure. La veste présentait quelques griffures cosmétiques mais demeurait parfaitement intègre.

Question coupe, la veste taille plutôt ajusté. A titre d’information, je mesure 1m73, n’ai pas de coach de Crossfit et le Medium tombe plutôt près du buste. Le tissu est néanmoins relativement souple et ne gène pas l’amplitude de mouvement. Pour le reste, pas de grandes surprises. La Jackster reste une veste estivale, voire mi-saison si vous la doublez d’un hoodie, et son usage peut être directement rapproché de celui d’une veste en jean classique.

Proposée à 449€, cette Jackster trouvera sans encombre une place dans votre penderie et saura traverser les années. On regrettera qu’elle ne soit pas déclinée en différents coloris. Peut-être une volonté de Bolidster de l’élever au rang d’icône ? Affaire à suivre !

Bolid’ster – photos : Warren Lecart, Raw Collectif