French Riviera Motorcycle Film Festival : le palmarès

0
241

A ma grande surprise, en fin d’année dernière,  Olivier Wagner, l’organisateur du Festival du Film Moto de la Côte d’Azur m’a demandé de présider le jury. Ne sachant à quoi m’en tenir de ce festival, dont c’était la deuxième édition en février, j’ai contacté Freddie Spencer qui m’en a dit du bien. Didier de Radigues a d’ailleurs fait comme moi avant d’accepter d’être dans le jury. Etaient également avec nous deux femmes motardes et actives, Lydia Truglio Beaumont et Nicole Barbaroux, ainsi que Pierre Brancaleone, un blogueur.

Le caractère intime de ce festival, dans une petite salle associative derrière la Promenade des Anglais et le manque de communication pour le faire connaître nous ont un peu surpris mais, très vite, la qualité des films qu’on a pu voir nous a réjouis. D’autant que chacun a eu ses coups de coeur. J’avoue que j’aurais plutôt attribué le prix du long métrage  à « The world’s slowest Harley », une tentative hilarante d’un record à Bonneville avec un trike improbable mû par un moteur hors d’âge, au lieu de « Au nom du père », film canadien consacré au pilote Miguel Duhamel, fils du célèbre Yvon, trop conventionnel à mon goût. Les membres d’un jury ont des avis divers, c’est ce qui est intéressant, l’un de nous a adoré 115DB de Lucille Chauffour, quand les autres étaient réservés, et nous étions deux à apprécier la Persistente, court film surréaliste qui m’a fait penser à Bunuel. C’est un film sur une réconciliation père-fils, Parts and Labor qui a eu le prix du court métrage, un petit bijou exprimant en quelques minutes une histoire faisant penser au Traité du Zen et de la motocyclette. Enfin il y a eu unanimité autour du film « Back to Berlin », qui dépassait nettement le cadre d’un tel festival. Il met en scène le voyage de motards israéliens sur les traces d’un groupe d’athlètes juifs qui avaient sillonné l’Europe à moto en 1936 pour démontrer qu’ils avaient leur place aux Jeux Olympiques de Berlin, alors qu’ils y étaient bannis par les lois nazies. Les images sautillantes de ce voyage en 1936 rapportées à celles de ce parcours de mémoire réalisé soixante plus tard étaient saisissantes.

Jacques Bussillet

Le Palmarès

Prix du Court Métrage

Parts & Labor de Ben Galland

Prix du Long Métrage / Prix du Public

Au nom du père de Stéphane Paquin

Mention spéciale du Jury

Back To Berlin de Catherine Lurie