La Harley-Davidson sportster version bobber de Potro Trece

0
1214

Pablo Sanz a 35 ans, il vit en Espagne, dans la ville de Huesca. Nous avons découvert sa création au détour d’un concours de préparation amateur, une Harley-Davidson sportster modifiée en bobber. Une moto sur laquelle il travaillera avec son frère et qui entrainera une suite de changements dans sa vie. On vous raconte avec Pablo la belle naissance de l’atelier Potro Trece.

Piqué par le virus

Quand notre histoire commence, Pablo vit et travaille encore à Madrid où il s’est installé à 18 ans comme ingénieur du son.

P: “Je n’avais aucun background dans la moto dans les 25 premières années de ma vie. Un jour, j’ai fait un road trip comme passager avec mon frère sur sa GS1200 et je suis tombé amoureux de l’univers de la moto. Réaliser ce que cela signifie vraiment d’être sur la route, voir les motards se saluer entre eux, c’était vraiment impressionnant. ”  

sporster - potro trece

À la suite de cette expérience, Pablo s’achète une CBR 125 qu’il peut conduire avec son permis voiture. Une semaine après son achat, il revient au garage pour un premier changement d’huile à 1000 km, piqué par le virus. Avec un peu d’argent mis de côté, il finit par revendre la Honda et s’achète une Street Triple.

P: “Pendant un été entier, je venais voir ma moto sur la place de garage où elle m’attendait, jusqu’à ce que j’obtienne mon permis. C’est ma moto de tous les jours maintenant. ”

Le projet se met en branle

En 2008, la crise économique éclate et Pablo se trouve un boulot alimentaire dans les télécommunications. Il roule souvent sur sa Triumph et son intérêt pour la mécanique grandit. Son frère lui montre des photos de cafe racer et les deux se mettent à penser en monter un.

Un beau matin, un collègue de son frère met une Harley-Davidson sportster en vente à bon prix. Les frangins craquent. Ils achètent la machine et la descendent dans la maison de leurs grands-parents.

Durant cette période, ils viennent travailler sur la moto les week-ends dans le petit garage de la maison. Quand un événement survient dans la vie de Pablo qui met le feu aux poudres.

P: “La boite pour laquelle je bossais était en crise et elle annonçait une vague de licenciements. Comme ils proposaient de bonnes conditions de départ, je me suis proposé et j’ai bougé dans la maison de mes grands-parents. ”

Il démarre alors une formation en mécanique de deux ans dans une ville proche de chez lui.

P: “Quitter la ville n’était pas une décision facile au départ, mais peu de temps après je me demandais pourquoi j’avais hésité aussi longtemps. ”

Acquérir les compétences

Au sein de sa formation, Pablo apprend entre autres à réviser, réparer et remonter chaque élément. Mais aussi à travailler avec des sous-traitants et des fournisseurs de pièces détachées. Alors qu’il se fournit en pièces chez un revendeur Europarts de sa ville natale, le propriétaire lui propose de travailler dans son garage après sa formation.

P: “Il s’agissait d’un garage moto. Comme les connaissances que j’avais acquises pendant la formation paraissaient trop théoriques et orientées voitures, j’ai accepté le job et j’ai déménagé de nouveau. ”

Encore plus tard, il prend des cours chez UFO Garage à Madrid pendant les week-ends et regrette de ne pas tout avoir appris là ! Peu de temps après, il démissionne et se met enfin à plein temps sur sa préparation.

P: “Au début, la liste des outils dont on avait besoin était aussi longue que la liste des choses à faire ! Une bonne partie du travail était conçu à la maison et réalisé en externe.”

La base 

Quand je demande à Pablo pourquoi ils ont choisi la Harley-Davidson sportster avec son frère comme base pour le bobber, il me dit :

P: « La Harley-Davidson plaçait la barre plus haut que ce que l’on envisageait à la base. Je me souviens qu’on imaginait une SR250 ou quelque chose dans ce goût-là. Mais une Harley à un bon prix dont seule l’apparence laisse à désirer, qui aurait pu refuser ? »

sporster - potro trece - cafe racer

sportster - potro trece - cafe racer

Le réservoir

Le réservoir provient d’une Kawasaki. C’est le premier élément que les frères choisissent pour commencer leur préparation. À partir de là, ils avanceront élément après élément pour atteindre le look de leur rêve. Pour pouvoir l’intégrer, Pablo devra le modifier grâce au travail de la fibre de verre.

sporster - potro trece - cafe racer

La selle 

Pour créer la selle du bobber, Pablo n’a aucune expérience. Il devra même s’y reprendre à deux fois. Pour la première version, il fabrique un fond de selle et un modèle en polystyrène qu’il amène chez une tapissière, mais le résultat n’est pas satisfaisant. Avec son frère, ils bloquent sérieusement sur cette partie jusqu’à ce qu’ils rencontrent Efraon Triana du garage UFO.

P: “L’une des choses les plus précieuses que j’ai apprises dans les cours de l’UFO Garage était la fabrication de la selle. Donc j’ai dessiné une nouvelle forme dans Sketchup, que j’ai réalisé en polystyrène et j’ai refait le fond de selle. Enfin on l’a envoyé dans un atelier spécialisé moto.”

sportster - potro trece - Harley Davidson

Le câblage

Grâce à son background d’ingénieur du son et dans les télécommunications, le câblage est l’étape que Pablo maîtrise complètement.

P: “Pour la touche des câbles marron, c’est un détail auquel on a pensé dès le départ et qui apporte beaucoup à l’ensemble sur le plan de la couleur. Ça me plaît beaucoup, mais ça me donne le vertige quand je pense aux potentielles réparations futures.”

Les 2 plus gros défis

Pablo me dit qu’il a noté deux défis principaux durant ce projet.

P: “Le premier défi était de trouver les bonnes personnes pour le boulot et être prêt à les payer ce qu’ils méritaient. Parfois, ton budget n’est pas réaliste et parfois tu ne t’adresses juste pas à la bonne personne. À chaque fois tu perds du temps et de l’argent !”

P: “Le second obstacle, ce sont les pièges que tu te tends à toi même par manque d’expérience. Par exemple, je n’ai pas pensé à enduire l’intérieur de mon réservoir. Les restes de peinture se sont dissous dans l’essence et sont venus boucher le gicleur. Ce n’est que lorsque j’ai vu des bulles sortir du réservoir que j’ai compris ce qu’il se passait ! J’ai perdu plus d’un mois à cause de cette erreur. Au moins j’ai pu ajouter Potro Trece sur le réservoir quand on l’a repeint.” 

sporster - potro trece - cafe racer

Choisir une Harley-Davidson sportster comme base de bobber pour apprendre le métier, on accordera à Pablo qu’il n’a pas eu froid aux yeux. Le résultat de ce véritable chemin initiatique est une moto stylée et originale qui nous donne envie d’en voir plus. Bonne route Potro Trece !