Tamarit : Malasangre, Moto #57

0
143

Depuis sa création en 2014 à Elche, près d’Alicante, l’atelier Tamarit n’a pas perdu son temps. Plus de cinquante prépas sont descendues de son banc, et le catalogue de la maison tutoie les 150 références. L’ensemble dédié à Triumph ! Depuis l’origine, Tamarit ne travaille que sur les twins d’Hinckley, à air ou à eau.

Ainsi la cinquante-septième création a pour base une Thruxton 1200R. Elle est baptisée Malasangre, comme le mauvais sang qu’a dû se faire le client de l’atelier après avoir donné carte blanche à Tamarit pour s’occuper d’une machine alors neuve. Le dénommé Samuel savait pourtant où il mettait les pieds…

L’équipe andalouse en a profité pour se lancer dans une collaboration avec deux nouveaux artisans italiens, Free Spirits pour les deux pipes d’admission courbes et Kinéo pour les jantes rayonnées. De fournisseurs plus réguliers, Tamarit a opté pour une paire d’amortisseurs Ohlins, des carters en fonderie striée d’EMD ou encore des clignotants Motogadget.

Mais dans le catalogue Tamarit, il y a essentiellement des pièces développées en interne. Cela va de l’échappement deux-en-deux baptisé Bocanegra à la selle monoplace Monaco en passant par les caches latéraux Dakota, toutefois modifiés pour s’adapter à l’admission Free Spirits. Ne pas oublier non plus le garde-boue court, la protection de chaîne ou encore le sabot moteur.

Pour finir d’habiller ce pur café-racer, Tamarit a opté pour une peinture noir brillant, relevé de bordeaux et d’argent. « Nous ne fabriquons jamais deux fois la même moto », affirme-t-on chez Tamarit. La page qui liste toutes les créations maison est là pour le confirmer.

Tamarit Motorcycles