Le constructeur français s’apprête à relever un nouveau défi. Sous la direction de Gildo Pastor (Venturi) depuis dix ans, Voxan repousse encore plus loin ses avancées technologiques. Pas moins de douze records devraient être atteints ce week-end du 30 octobre avec aux commandes, le célèbre pilote de vitesse italien : Max Biaggi.

z La famille Wattman – source : moto station

Lorsque Wattman, la première moto électrique de Voxan a vu le jour en 2013 à Monaco, le constructeur affichait déjà 203 chevaux et comptabilisait jusqu’à 10 500 tr/min. C’était donc, à l’époque, le deux-roues le plus puissant. Une version extrême est développée depuis plus de deux ans maintenant, avec un seul but : battre le record du monde. Il est actuellement détendu Ryuji Tsuruta (sur une Mobitec EV-02A) avec 329,085 km/h affichés au compteur. Pour atteindre la victoire, Voxan a parié sur le multiple champion du monde Max Biaggi. Passionné par la vitesse depuis toujours, il est ravi de prendre le guidon pour rouler vers ce record sous les couleurs monégasques. L’italien a travaillé avec le constructeur pour optimiser l’ergonomie des motos, la pénétration dans l’air et la position du pilote. Un seul mot d’ordre de ces années de travail : la vitesse. Là-dessus, rien n’a été laissé au hasard.

L’objectif : établir 12 nouveaux records de vitesse

C’est à l’aide de trois bolides que le pilote tentera de dépasser les 330 km/h : la Wattman non-streamliner, la version plus légère en semi-streamliner (utilisée en cas de vents latéraux) et une full-streamliner, entièrement parée Wattman. Pour défier le compteur et s’inscrire dans la légende, les deux-roues seront chronométrés sur trois distances : 400 mètres, 1 kilomètre et 1,6 kilomètres (l’équivalent d’un mile). Six records sont d’ores et déjà garantis sur les douze records visés, car aucune tentative n’a été réalisée jusqu’alors. Les six restants ont des objectifs de vitesse et des critères très différents.

La Voxan Wattman : conçue pour la vitesse

Véritable bijou de technologie, les équipes de recherches de Venturi ont travaillé d’arrache-pied pour repousser les limites la performance. Chaque détail et chaque pièce a été pensés pour être optimal dans un environnement très spécifique. De plus, l’équipe devait tenir compte des restrictions techniques imposées par la Fédération Internationale de Motocyclisme. Ainsi, l’équipe a passé au peigne fin l’adhérence, la traction, la vitesse du pilote, l’aérodynamisme et la résistance, entre autres. L’ultime défi fût d’intégrer cette technologie dans l’étroit châssis de la moto. Ensuite, il a fallu ajouter l’ensemble de la batterie et du moteur !

Des conditions aménagées à cause de la situation sanitaire

Cependant, la crise du Covid a bousculé les choses. Initialement, l’événement aurait dû avoir lieu en juillet en Bolivie, et plus précisément sur le plus grand lac salé du monde : le Salar de Uyuni. La date devait souffler les bougies de vingt ans du Groupe Venturi. Malheureusement, à cause de la crise sanitaire mondiale, il était impossible de se rendre en Amérique latine. Ne souhaitant pas attendre l’été 2021 pour s’inscrire de nouveau dans l’histoire, c’est l’aéroport de Châteauroux, en France, qui entendra grincer les pneus dès ce week-end. C’était néanmoins le meilleur consensus. Les conditions étaient réunies pour remplir les critères de la FIM (International Motorcycling Federation). De plus, l’endroit est plus proche de Monaco où les Wattman ont été développées… Pourvu que la météo et les décisions gouvernementales le permettent.

Des compétiteurs confiants

Pour Max Biaggi, tout devrait bien se dérouler. Il a confié au constructeur : « ce sera la troisième fois que nous roulerons sur la piste de l’aéroport de Châteauroux. Les tests de performances en juin et août, nous ont donné confiance. Nous sommes plus que prêts. Ce week-end, si la piste est sèche et que les vents latéraux sont légers, nous pourrons battre plusieurs records. J’ai hâte de ramener ces titres à Monaco et à l’équipe ! »

Gildo Pastor quant à lui, partage l’enthousiasme de son pilote : « Toute l’équipe est prête à affronter ces records du monde depuis plusieurs semaines. Alors, au lieu d’attendre de savoir si nous pourrons rouler en Bolivie en juin 2021, j’ai décidé de tenter le coup maintenant, sur la piste à la fois la plus adaptée et la plus proche de notre base de Monaco. Si les conditions météorologiques sont bonnes, nous pourrons collecter quelques records. Ce sera une belle façon de marquer les 20 ans du groupe Venturi. »

>>> Pour aller plus loin, visiter le site de Venturi et suivez les pages Instagram et Facebook de Voxan Motors !

>>> Pour recevoir Cafe Racer Magazine à la maison : je m’abonne !